Enteroscanner

Enteroscanner

Entéroscanner. Vue frontale. Distention liquidienne des anses grêles pour une meilleure étude de la paroi.

Entéroscanner. Vue frontale. Distention liquidienne des anses grêles pour une meilleure étude de la paroi.

 

 

L’enteroscanner est un scanner de l’intestin grêle (petit intestin) qui sert à mettre en évidence des lésions de ce segment digestif qui est long et contractile.
Il est utile à votre médecin pour déterminer l’origine de vos symptômes.

  

 

Pourquoi choisir l’enteroscanner ?

C’est l’examen de référence pour explorer l’intestin grêle, car l’endoscopie digestive (fibroscopie gastrique ou coloscopie) ne permet pas d’explorer ce segment digestif. L’entéroscanner est actuellement l’un des examens les plus performants pour l’étude des différentes anomalies de sa paroi.

 

 

Où réalise-t-on cet examen ?

Cet examen se pratique uniquement au Centre d’Imagerie sur le site de la Clinique Saint-Pierre.

 

 

 

Le déroulement de l’examen

Pour bien étudier l’intestin grêle et ses parois, le radiologue a besoin que celui-ci soit distendu. En effet, s’il ne l’est pas, de faux épaississements de la paroi intestinale peuvent apparaître et conduire à des diagnostics erronés.

C’est pour cette raison que l’on remplit l’intestin grêle de liquide. Celui-ci sera administré par la bouche. Vous devrez boire progressivement pendant 2 heures 1.5l d’eau mélangé à un produit qui va distendre l’intestin.
Après le remplissage, pendant l’examen, vous serez couché sur la table du scanner. Vous serez perfusé pour permettre l’injection intra-veineuse de produit de contraste On procèdera alors à un scanner avec injection de produit de contraste en l’absence de contre-indication (cf. information scanner et produit de contraste).

 

 

Quelles complications liées à l’examen ?

Toute intervention sur le corps humain, même conduite dans des conditions de compétence et de sécurité maximales, comporte un risque de complications.
Les complications de l’entéroscanner sont exceptionnelles :
– réaction allergique au produit de contraste iodé injecté,
– fausses routes, c’est-à-dire passage du liquide dans les voies aériennes supérieures, ce qui peut être responsable de symptômes respiratoires,
– diarrhée aigue transitoire en fin d’examen
Dans des cas très exceptionnels, ces complications peuvent être sérieuses.

 

 

Résultats

Un premier commentaire pourra vous être donné juste après l’examen. Il ne s’agira là que d’une première approche, car les images doivent être ensuite analysées par le médecin radiologue. Le compte-rendu écrit sera disponible dans les meilleurs délais.

 

 

Le jour de l’examen :

 

  • Apportez :

     

    1. la demande de votre médecin (ordonnance, lettre….)
    2. le dossier radiologique en votre possession (radiographies, échographies, scanners, IRM …)
    3. la liste écrite des médicaments que vous prenez.
    4. Les produits (pharmacie) qui vous auront été prescrits

 

  • Pour l’examen :

     

    Il faut être à jeun strictement (sans boire, ni manger, ni fumer) durant les six heures précédant l’examen. Malgré cette précaution, il peut arriver que l’estomac soit encore plein et le radiologue pourra alors décider soit d’annuler l’examen soit de mettre une sonde dans l’estomac pour aspirer le liquide.

 

  • Après l’examen :

     

    Vous pourrez vous nourrir normalement